Service de sécurité incendie de Montréal : ramonage

En vertu du Règlement sur la prévention des incendies : « Il faut inspecter les cheminées, tuyaux de raccordement et conduits de fumée pour déceler toute condition dangereuse :
a) à intervalles d'au plus 12 mois
b) chaque fois qu'on raccorde un appareil et
c) chaque fois qu'un feu de cheminée a eu lieu

Les cheminées, tuyaux de raccordement et conduits de fumée doivent être ramonés aussi souvent que nécessaire pour éliminer les accumulations dangereuses de dépôts combustibles.

La présence de dépôts de suie ou de créosote de plus de 3 mm d'épaisseur sur la paroi intérieure d'une cheminée indique qu'il faut procéder immédiatement à un ramonage, modifier dans certains cas, le mode de combustion, et procéder à des inspections plus fréquentes.

Les cheminées, tuyaux de raccordement et conduits de fumée doivent être remplacés ou réparés pour : éliminer toute insuffisance structurale ou détérioration.

Parmi les signes de détérioration, notons la présence de fissures, le tassement, l'émiettement du mortier, les déformations, la corrosion avancée, la séparation des sections ou les supports mal ancrés ou brisés.

Il faut obturer toute ouverture abandonnée ou inutilisée qui n'est pas étanche aux flammes ou à la fumée ».

Il est fortement conseillé de faire affaire avec un ramoneur privé ou une compagnie enregistrée à la Régie du bâtiment du Québec, voir le site Internet de l'Association des professionnels du chauffage.

Conseils généraux
Dans sa page sur Le chauffage au bois, le ministère de la Sécurité publique du Québec offre les conseils suivants :
• ramoner la cheminée toutes les cinq cordes de bois brûlées si l'on utilise beaucoup l'appareil; sinon, au moins une fois par an, préférablement au printemps, car les dépôts de créosote laissés dans la cheminée, combinés au temps chaud et humide de l'été, entraînent la corrosion des pièces d'acier et augmentent la formation de bouchons de créosote
• à l'automne, examiner la cheminée à l'aide d'un petit miroir, afin de s'assurer qu'aucun débris n'est venu l'obstruer pendant l'été (nid d'oiseau, pièce détachée, etc.)
• ne pas tenter de mettre le feu dans la cheminée pour éliminer la créosote, toute la maison pourrait y passer
• ne pas se fier pas aux bûches ou aux additifs en poudre conçus pour nettoyer les conduits de fumée. Ces produits ne permettent d'éliminer que 60 % de la créosote alors que le ramonage en retire généralement de 75 % à 90 %.

Important
Les foyers et les poêles à bois ne sont pas des incinérateurs, ce sont des appareils destinés au brûlage de matériaux solides.

Information complémentaire

Nouvelle installation et réglementation d'arrondissement
Les personnes qui désirent installer des appareils de chauffage à combustible solide ou liquide doivent se procurer un permis ou un certificat délivré par leur arrondissement. Consulter le document Arrondissements  Poêles et foyers pour savoir où s'adresser et pour connaître le cadre réglementaire applicable localement.

Voir aussi : Poêle et foyer au bois : règlement sur les appareils et les foyers à combustible solide.

Pour plus d’information

Service de sécurité incendie de Montréal (SIM)
Centre de service – Expertise et développement de la prévention
6150, avenue Royalmount
Montréal (Québec) H4P 2R3
Téléphone : 514 872-3800
Internet : ville.montreal.qc.ca/sim

Renseignements
Bureaux de prévention

29 mai 2018 - 13 h 30